Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin_20101224.zip Pack_robin_20101224.zip  (3.12 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf La_TROUSSE_2010.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Accroissement du risque de cancer du cerveau chez les utilisateurs de portables sur plus de 10 ans - Etude suédoise : Hardell et al. - Mars 2007

par Lennart Hardell, Michael Carlberg, Fredrik So¨derqvist, Kjell Hansson Mild, L Lloyd Morgan



Objectif : Evaluer les risques de tumeurs du cerveau parmi les utilisateurs à long terme de téléphones portables.

Méthodes : Deux études de groupes et 16 études de contrôle de cas ont été reconnues. Les données examinées s’appliquaient à l’utilisation du portable sur un période de plus de 10 ans et à une exposition ipsilatérale le cas échéant (côté de la tête éventuellement privilégié par l’utilisateur du portable).

Résultats : L’étude de groupe présente un intérêt limité en raison d’insuffisances méthodologiques. Dans les 16 études de cas contrôlées, 11 ont donné des résultats pour une période d’utilisation dépassant 10 ans ou période de latence. La plupart de ces résultats ont été établis sur des résultats faibles. Un lien avec la survenue d’un neurinome de l'acoustique pour une période d’utilisation d’un portable de 10 ans au moins a pu être établi dans quatre études. Aucun risque n’a pu être déterminé pour une seule étude, mais la taille de la tumeur était beaucoup plus importante parmi les utilisateurs de portable.
Six études de cas ont mis en évidence des tumeurs malignes du cerveau dans ce groupe potentiel (latency group). Tous les résultats ont indiqué des taux de probabilités particulièrement hauts pour les expositions ipsilatérales (utilisation du même côté). Dans une méta-analyse, l’utilisation ipsilatérale du portable donnait la valeur suivante pour le neurinome du conduit auditif : OR = 2.4 (95% Cl de 1.1 à 5.3) et pour le gliome : OR = 2.0, (1.2 à 3.4) sur la base d'une période de latence tumorale de plus de 10 ans.

Conclusions : Les résultats de ces études basées sur l’utilisation du portable sur une période de plus de 10 ans soulignent le développement constant d’un risque accru de neurinome de l'acoustique et de gliome (tumeur du cerveau). Ce risque est encore plus grand lorsque l’utilisateur privilégie un côté de la tête lors de ses conversations.

Etude complète en pièce-jointe.

---
Aim: To evaluate brain tumour risk among long-term users of cellular telephones.

Methods: Two cohort studies and 16 case–control studies on this topic were identified. Data were scrutinised for use of mobile phone for >10 years and ipsilateral exposure if presented.

Results: The cohort study was of limited value due to methodological shortcomings in the study. Of the 16 case–control studies, 11 gave results for >10 years’ use or latency period. Most of these results were based on low numbers. An association with acoustic neuroma was found in four studies in the group with at least 10 years’ use of a mobile phone. No risk was found in one study, but the tumour size was significantly larger among users. Six studies gave results for malignant brain tumours in that latency group. All gave increased odd ratios (OR), especially for ipsilateral exposure. In a meta-analysis, ipsilateral cell phone use for acoustic neuroma was OR= 2.4 (95% CI 1.1 to 5.3) and OR= 2.0, (1.2 to 3.4) for glioma using a tumour latency period of >10 years.

Conclusions: Results from present studies on use of mobile phones for >10 years give a consistent pattern of increased risk for acoustic neuroma and glioma. The risk is highest for ipsilateral exposure.

---
Etude complète en anglais à télécharger ci-dessous, au format pdf.

HardellLongueExpositionEtCancerDuCerveau2007.pdf HardellLongueExpositionEtCancerDuCerveau2007.pdf  (145.32 Ko)


Robin des Toits
Lu 9030 fois

Dans la même rubrique :
1 2

épidémiologie | in vivo, in vitro


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème