Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin_20101224.zip Pack_robin_20101224.zip  (3.12 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf La_TROUSSE_2010.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Résolution de l'Association Internationale des Pompiers concernant les effets sur la santé des Irradiations des antennes relais dans les casernes - Août 2004

Division de la Médecine du Travail et de la Sécurité



Résolution de l'Association Internationale des Pompiers concernant les effets sur la santé des Irradiations des antennes relais dans les casernes - Août 2004
Résolution adoptée sur les effets sur la santé des Irradiations Micro-ondes RadioFréquences (RF/MW) dans les casernes de Pompiers par les stations de base d’antennes relais pour la transmission des communications de la téléphonie cellulaire.


Extrait :

Attendus et Adoption de la Résolution :

[Références] 1. Résolution N° 15 de l’IAFF révisée et amendée en août 2004.
- Etude sur les pompiers exposés aux irradiations des radiofréquences (RF) venant des sites de bases d’antennes relais de la téléphonie cellulaire :

- Attendu que, les casernes de pompiers aux USA et au Canada sont recherchées par les opérateurs pour y installer des stations de base pour les antennes relais de téléphonie mobile; et .

- Attendu que, plusieurs pompiers qui vivent avec des installations (pylônes) de la téléphonie cellulaire sur ou adjacents à leur garnison payent un prix substantiel en terme de santé physique et mentale. En tant que répondants et protecteurs au public, il est crucial que les pompiers fonctionnent à leur capacité optimale cognitive et physique à tous moments ; et

- Attendu que, le cerveau est le premier organe à être affecté par les irradiations et les manifestations de symptômes dans une multitude de conditions neurologiques incluant les migraines – maux de tête, fatigue extrême, désorientation, temps de réaction ralenti, vertiges, pertes de mémoire vitale, et déficit d’attention dans les urgences, les menaces pour la vie ; et

- Attendu que, la plupart des pompiers qui éprouvent ces symptômes peuvent en attribuer le début de l’attaque dès la première semaine où ces pylônes/installations/ d’antennes relais furent mises en services ; et

- Attendu que, le rayonnement des RF est émis par ces antennes relais cellulaires et que les irradiations par les RF peut pénétrer dans chaque cellule vivante, incluant la flore, la faune et les humains ; et

- Attendu que, les gouvernements des USA et du Canada établirent des limites de régulation pour les irradiations par des RF basées sur des mesures thermiques (de chaleur) sans égards pour les effets néfastes pour la santé venant des irradiations non thermique qui sont prouvé pour être nocives (blesser) le cerveau humain et le système immunitaire ; et

- Attendu que, que l’Agence de protection environnementale américaine (U.S. E.P.A.) déclara dans une lettre du 16 juillet 2002 « Que les agences de la santé et de la sécurité n’ont pas encore développé des règles concernant le possible risque venant des expositions non thermiques de long terme. Les directives d’exposition de la FCC considèrent la protection contre les effets venant des mécanismes thermiques (rayonnement des RF venant des antennes relais cellulaires est aussi non thermique) mais non de tous les mécanismes possibles. Par conséquent la généralisation, par un grand nombre de personnes, disant que les directives protègent les êtres humains des effets nocifs venant de certains ou de tous les mécanismes n’est pas justifiée » ; et

- Attendu que, un rapport d’un panel d’experts requis par la Société Royale du Canada préparé pour Santé Canada 1999 (Health Canada) déclara que : « L’exposition aux champs des RF à des intensités loin sous les niveaux requis pour produire de la chaleur mesurable peut causer des effets dans les cellules et les tissus. Ces effets biologiques incluent des altérations de l’activité de l’enzyme omithine décarboxylase, de la régulation du calcium et de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique. Certains de ces effets biologiques causés par des niveaux d’expositions non thermiques des RF pourraient potentiellement être associés avec des effets néfastes pour la santé » ; et

- Attendu que, basé sur l’intérêt pour les preuves scientifiques croissantes des dangers venant des irradiations des RF, une conférence internationale fut organisée à Salzbourg en Autriche en été 2000, où des scientifiques renommés déclarèrent que la limite supérieure de l’exposition aux irradiations des RF des antennes relais devrait être de 1/10e de 1 microwatt (notez que 1/10e de 1 microwatt est 10 000 fois plus bas que la limite la plus élevée permise par les U.S.A. ou le Canada) ; et il devrait être noté que cette limite fut fixée à cause de résultats d’études montrant des changements d’ondes dans le cerveau à 1/10e de 1 microwatt ; et

- Attendu que, dans un rapport approuvé par le Dr Richard A. Albanese de l’US Air Force, qui est un médecin très reconnu dans le domaine de l’impact des rayonnements sur le corps humain, le Dr Albanese déclare : « Je demanderais en toute bonne foi l’adoption de taux d’exposition aussi bas que possible avec des contraintes financières raisonnables. Egalement, je financerais des études cibles utilisant comme sujets des animaux et des groupes humains vivant et travaillant dans des plages d’irradiations élevées ou avec de grands utilisateurs de téléphone cellulaire, en insistant sur les causes des maladies. J’insiste pour une acceptation de l’idéal qu’il ne devrait pas y avoir d’irradiation sur un lieu de travail ou dans l’environnement dont les taux de maladies associées sont inconnus ». (Les opinions ici exprimés sont celles du Dr Albanese et ne reflètent pas les lignes de conduite de l’US Air Force) ; et

- Attendu que, récemment, une étude non liée à l’industrie des industriels du sans fil, fut menée sur des pompiers exposés aux irradiations des RF des antennes relais de téléphonie cellulaire installées sur leur caserne.** L’étude révéla des dommages au cerveau qui peuvent être différenciés d’une cause chimique (tel que l’inhalation de fumée toxique) suggérant l’irradiation des RF comme cause du dommage au cerveau trouvé sur les scans SPECT ; et

- Attendu que, les pompiers sont les protecteurs des gens, des propriétés et devraient être protégés par le Principe de Précaution de la science et par conséquent, sauf si les irradiations peuvent être prouvées être sûres et sans danger, les antennes relais cellulaires ne devraient pas être placées sur ou près des casernes de pompiers ; par conséquent qu’il soit :
1) - adopté la résolution, que l’IAFF devra chercher le financement d’une étude initiale américaine et canadienne avec la valeur scientifique la plus élevée et l’intégrité, pour faire étudier les cohortes de pompiers dont les résidences sont dans les brigades avec une exposition aux irradiation des antennes relais et des pompiers hors de cette exposition, et qu’il soit encore :
2) - adopté la résolution, que en accord avec les résultats de l’étude, l’IAFF établisse des mesures de conduite de protection pour la santé et la sécurité de tous les pompiers comme objectif suprême ; et qu’il soit encore :
3) - adopté la résolution, que l’IAFF s’oppose à l’utilisation des casernes de pompiers comme lieux d’installation de stations de base pour les antennes relais de la téléphonie mobile jusqu’à ce que de telles installations soient prouvées ne pas être un danger pour la santé de nos membres.

** Note :
Une étude pilote fut menée en 2004 sur 6 pompiers de Californie travaillant et dormant dans des casernes avec une installation d’antennes relais. L’étude, conduite par Gunnar Heuser, M.D. Ph. D. (docteur en médecine) de Agoura Hills en Californie, se concentra sur les symptômes neurologiques des 6 pompiers qui avaient travaillé durant 5 ans dans la brigade avec des pylônes cellulaires. Ces symptômes comprenaient des temps de réactions ralentis, des manques de concentration, manques de contrôle d’impulsion motrice, de graves maux de tête, des sommeils ressemblant à de l’anesthésie, des manques de sommeil, des dépressions et des tremblements. Le Dr Heuser utilisa des scans des fonctions du cerveau - SPECT Scans – pour évaluer les changements dans les cerveaux des 6 pompiers comparés avec les cerveaux sains d’hommes du même âge. Le test psychologique informatisé connu sous le nom de TOVA fut utilisé pour étudier le temps de réaction, le contrôle d’impulsion, et l’espace temps de l’attention. Le scanning SPECT révéla un diagramme de changements anormaux qui s’appliquait à une zone plus grande que ce qu’on voit normalement dans les cerveaux des individus exposés à l’inhalation toxique comme on pourrait s’y attendre des pompiers. Le Dr Heuser en conclut que la seule explication plausible à ce moment là serait l’exposition au rayonnement des RF. De plus, le test TOVA révéla chez les 6 pompiers des temps de réaction retardés, des manques de contrôle d’impulsion et des difficultés à maintenir la concentration mentale.

--
Suivent de nombreuses références scientifiques.

---
> Document complet, traduit en Français par Next-up, disponible à cette page : http://www.next-up.org/Newsoftheworld/FirefightersPompiers.php
> Document original en Anglais : http://www.iaff.org/HS/Resi/CellTowerFinal.htm

associationinternationaledespompiersresolutionantennesrelais.pdf AssociationInternationaleDesPompiersResolutionAntennesRelais.pdf  (275.6 Ko)
occupational_medicine_iaaf_resolution.pdf Occupational Medicine_iaaf-resolution.pdf  (243.55 Ko)


Robin des Toits
Lu 3833 fois

Dans la même rubrique :

Le danger pour ma santé ? (et de mon enfant, bébé, foetus...) | Les assurances et la téléphonie mobile | L'électrosensibilité : EHS et SICEM | Les lanceurs d'alerte sur le danger du portable | Les recommandations officielles (France + Monde)


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème