Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin_20101224.zip Pack_robin_20101224.zip  (3.12 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf La_TROUSSE_2010.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

'Robin des Toits, le justicier anti-antennes' - La Gazette de Montpellier - 09/06/2011

Antennes-relais, Wifi, Wimax : les ondes des portables mobilisent des Héraultais au nom du principe de précaution. "Madame le Maire de Montpellier, j’ai été consternée en apprenant que l’Espace Montpellier Jeunesse était désormais couvert par la Wifi. Cette technologie sans fil (pour recevoir Internet sur son portable, notamment) étant réputée potentiellement dangereuse, nous pensions pouvoir compter sur un maire médecin pour appliquer le principe de précaution." Et de demander le remplacement de la Wifi par "un point d’information sur les dangers des technologies sans fil".



Guillaume Bonnefont
Guillaume Bonnefont

200 pétitionnaires

Signé Monique Lorenté (photo), membre de l’association Robin des Toits, ce courrier adressé à Hélène Mandroux, le 16 mai dernier, est pour l’instant resté sans réponse. Mais sa signataire, ex-institutrice habitant le quartier de Figuerolles, a déjà d’autres cibles : "Je vais interpeller l’Agglo et le rectorat sur la Wifi dans les médiathèques, en particulier à Émile-Zola", annonce cette jeune retraitée qui cherche à monter un collectif montpelliérain (1).

La Wifi n’est que la dernière expression de ces ondes électromagnétiques de plus en plus présentes (télévision, micro-ondes, ordinateurs, portables) et redoutées.
Depuis une quinzaine d’années, de l’Organisation mondiale de la santé à l’Union européenne, en passant par le Grenelle français des ondes, les études se sont multipliées. Certaines évoquent des risques de troubles neurologiques, de cancers, de fausses couches, d’autres les réfutent. Seul consensus : la fragilité particulière des enfants exposés.

C’est pourquoi des parents manifestaient ce vendredi 20 contre les antennes-relais implantées sur le château de Teyran, à moins de 50 mètres des écoles. Forts de 200 pétitionnaires, ils demandent une évaluation indépendante du rayonnement et un éventuel déplacement des antennes. Pas si facile. Près de Perpignan, 25 riverains d’une antenne-relais ont introduit une procédure pour "trouble de voisinage" en janvier 2010. L’affire relève aujourd’hui de la cour de Montpellier. Idem à Béziers où la voisine d’une antenne invoque le principe de précaution devant le tribunal administratif depuis février dernier. "Ce n’est pas simple, mais des antennes ont été déplacées à Paris, Créteil et Angers", met en exergue Raphaële Hiault Spitzer, l’avocate en charge des deux affaires.

Mais la plainte la plus importante, c’est celle déposée par Robin des Toits le 23 mars auprès du tribunal de grande instance de Montpellier. En cause : les réseaux Wimax, sorte de super Wifi pour l’Internet à haut débit, que sont en train d’installer le Département (Num’hér@ult) et la Région. "On ignore encore si cette plainte sera retenue par le procureur, explique la Gardoise Nathalie Ouzoulias, présidente nationale de Robin des Toits. Mais à Alès, où nous avons introduit la même procédure, le procu reur a manifesté son intérêt en demandant un complément d’information". Reste que, du côté des collectivités, on plaide l’absence de preuve de nocivité. Et la nécessité d’une couverture numérique de toute la région.

Olivier Rioux
(1) Contact : 04 67 04 06 05
 
À lire sur le même sujet: 
Dangers du portable : la recherche est bâillonnée
Une pionnière des mauvaises ondes
----
Source : http://www.lagazettedemontpellier.fr/dossiers-gazette/article-4994/robin-toits-justicier-anti-antennes

Lu 613 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Que dire / que faire ? (à la maison, au travail, à l'école ...) | ADHESION | Nous contacter | Les actions régionales (antennes-relais, Wimax ...) | Engagements pour le Principe de Précaution (0,6V/m...)


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème