Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH


Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...
pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

4G : Lettre ouverte de Robin des Toits à l'ANSES - 17/01/2012



4G : Lettre ouverte de Robin des Toits à l'ANSES - 17/01/2012
ANSES
AGENCE NATIONALE DE SECURITE SANITAIRE DE L’ALIMENTATION, DE L’ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL

Objet : Radiofréquences et Santé
Comité de dialogue

Lettre ouverte adressée à :
- Monsieur Marc MORTUREUX, Directeur Général de l'ANSES
- Monsieur Georges MERCADAL, Président du Groupe de dialogue
"Radiofréquence et Santé" à l'ANSES


Monsieur le Directeur Général,
Monsieur le Président du groupe de dialogue,

L’association nationale Robin des Toits, membre du comité « Radiofréquences et Santé » au sein de l’ANSES, demande officiellement et solennellement que le déploiement de la technologie 4G, qui introduira de nouvelles fréquences et augmentera le niveau global d’exposition de la population aux champs électro-magnétiques, soit précédé d’une sérieuse étude d’impact en termes sanitaires et d’exposimétrie.

Cette mesure découle du principe constitutionnel de précaution, qui prescrit, d’une part l’évaluation du risque, d’autre part la prise de mesures de réduction du risque alors même qu’il n’est pas entièrement établi. Or, cette définition « cadre » parfaitement avec le classement, par l’OMS, en mai 2011, des radiofréquences parmi les cancérogènes possibles.

Elle découle encore plus immédiatement de l’article L 123-1 du code de l’environnement, qui impose que la réalisation d’aménagements, d’ouvrages ou de travaux exécutés par des personnes publiques ou privées soit précédée d’une enquête publique lorsqu’en raison de leur nature, de leur consistance ou du caractère des zones concernées, ces opérations sont susceptibles d’affecter l’environnement. Or, le déploiement d’un réseau d’antennes 4G est de nature à affecter l’environnement, et notamment la santé.

Robin des Toits appelle l’attention sur le fait qu’un tel défaut d’étude d’impact fragiliserait grandement le déploiement sur le plan juridique.

M.William DAB, ancien Directeur Général de la Santé et ancien membre du comité exécutif de l’OMS, s’exprimait ainsi au cours de la conférence scientifique internationale sur les champs électromagnétiques et la santé publique, tenue à Bruxelles les 16 et 17 novembre 2011 « je suis intimement persuadé que toute nouvelle technologie doit faire l’objet obligatoirement d’une étude préalable d’impact sanitaire à chaque étape du processus de développement ». Il ajoutait, plus loin : « nous devons faire preuve d’innovation dans la préparation de la prise de décision. C’est une évidence pour moi que la science n’apportera pas de réponse claire avant des années (…). Mais quand on est dans l’incertitude, il faut dans le même temps réfléchir à la façon dont les décisions sont préparées… »

Cette démarche est rendue d’autant plus possible que le besoin de ces nouveaux services n’existe pas encore. Il n’y a donc pas d’urgence, puisqu’il n’y a pas de demande, mais simplement le souhait, par les opérateurs de téléphonie et d’Internet, de développer cette technologie. Aucune urgence ne peut donc être opposée à cette demande d’étude d’impact.

L’association nationale Robin des Toits attend sur ce sujet une réponse claire de l’ANSES, la question relevant à l’évidence de ses compétences, ou, à défaut, une désignation explicite de l’autorité chargée de prendre cette décision.

Dans l’attente de vous lire, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments respectueux.

Agnès FONTANA, représentante de l'association nationale au comité
"Radiofréquences et Santé"
anses_2012_01_11.pdf ANSES_2012_01_11.pdf  (121.91 Ko)

Robin des Toits
Lu 1485 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Contacts Presse | Nos communiqués | Nos revendications | Autres communiqués | Evènements institutionnels : Grenelle... | Robin '' interactif ''


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème