Danger téléphone portable et antenne relais, danger wifi pour la santé, dangers téléphone sans-fil DECT (cancer du cerveau...)

Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), 4G mais aussi du Wi-fi, du Bluetooth et des téléphone sans fil DECT...
la_trousse_2018.pdf La_TROUSSE_2018.pdf  (255.69 Ko)
pack_robin_2018_1.zip PACK ROBIN 2018.zip  (14.14 Mo)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

'Antennes-relais : l'exposition aux ondes mesurée dans six sites pilotes' - Métro - 09/02/2011


Jusqu'à fin 2011 sont menées des expérimentations sur l'exposition aux ondes des téléphones portables. Selon des premiers résultats, les niveaux mesurés restent inférieurs aux seuils autorisés. A suivre...



'Antennes-relais : l'exposition aux ondes mesurée dans six sites pilotes' - Métro - 09/02/2011
Est-il techniquement possible d'abaisser l’exposition aux ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais, sans nuire à la couverture et à la qualité des services de téléphonie mobile? Vaste sujet, sur lequel se penche le Comop (Comité opérationnel chargé des expérimentations sur la téléphonie mobile), qui réunit depuis juillet 2009 des opérateurs, l'Etat, des collectivités locales, des scientifiques et des associations (FNE, CLCV, Robin des Toits, Criirem, Priartem, Agir pour l'environnement, Familles rurales, AFUTT, Confédération syndicale des familles).

Une réunion ce mardi (8 février) a été l'occasion de présenter les premiers résultats des travaux de mesures réalisés sur six communes pilotes. Le choix de Grenoble (Isère), Paris 14e, Thiers (Puy-de-Dôme), Kruth (Haut-Rhin), Grand Champ (Morbihan) et Courbevoie (Hauts-de-Seine) se voulait "représentatif des principales configurations d'exposition" (territoires ruraux et urbains, plaine et montagne, bâtiment ancien et moderne).

Des niveaux "inférieurs" au seuil réglementaire

A l'issue de cette rencontre, le ministère de l'Ecologie a fait savoir que les niveaux d'exposition mesurés étaient "nettement inférieurs" aux seuils fixés par la réglementation française (41 à 61 Volts par mètre) : "Si les niveaux d’exposition mesurés peuvent varier selon l’environnement, le niveau médian reste faible, inférieur à 0,3 V/m. Cependant, quelques points, dit atypiques, montrent des niveaux plus importants pouvant atteindre jusqu’à 12 V/m."

Et de rappeler : "Ces valeurs limites d’exposition, recommandées par les instances internationales et européennes, permettent de protéger la population de l’échauffement des tissus du corps humain, qui est aujourd’hui le seul effet biologique identifié pour l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les antennes." (voir aussi le portail Radiofréquences-santé -environnement du gouvernement

Deuxième phase en avril

La seconde phase d'expérimentations doit être lancée en avril. Objectif : "la simulation et, le cas échéant, l’expérimentation terrain d’un abaissement de puissance de l’exposition". Outre les six communes précédemment citées, dix autres collectivités volontaires y participent : Brest (Finistère), Cannes (Alpes-Maritimes), Paris 15e, Couffouleux (Tarn), La Rochelle (Charente-Maritime) et Chassieu (Rhône). Les expérimentations doivent être achevées avant la fin de l'année sur l'ensemble des sites pilotes.

Vers un diagnostic gratuit à domicile

La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a par ailleurs annoncé le lancement, par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) d'ici à fin mars, d'un appel à projets de recherche sur les radiofréquences pour un montant de 2 millions d’euros. Enfin, précise le ministère, "le cadre réglementaire permettant à tout riverain d’antennes-relais de faire mesurer gratuitement le champ électromagnétique dans son logement sera opérationnel dès 2012."

Le "Grenelle des ondes" patine

Ces annonces interviennent alors que certaines associations se plaignent d'une insuffisance de mesures face aux risques potentiels de la téléphonie mobile sur la santé. L'une d'elles, Robin des toits, qui estime que le Grenelle des ondes "commence à tourner vinaigre" et "pratique le déni de risques de manière outrancière", a suspendu temporairement sa participation.

Il y a quelques jours, le mouvement, qui réclame notamment "la préservation et un accès facilité aux zones non encore couvertes pour les électrohypersensibles", a tenu à rappeler que, "pour poursuivre leur participation au Grenelle, les associations demandaient que le gouvernement reconnaisse explicitement 'la controverse scientifique', qu'il adresse un message clair en direction des femmes enceintes et des enfants."

"Descendre sous 0,6 Volt / mètre"

Revenant sur les expérimentations menées dans les communes pilotes, Etienne Cendrier, porte-parole de Robin des Toits, ajoute : "Il faudra s'assurer que, comme convenu au départ, les tests d'abaissement des niveaux d'exposition iront sous la barre de 0,6 Volt par mètre (et même jusqu'à 0,1 Volt / mètre). 0,6 est en effet la valeur limite d'exposition qui devrait être en vigueur d'après de nombreux scientifiques indépendants. C'est loin d'être le cas. Pour l'heure, les seuils réglementaires (41 à 61 Volts par mètre), beaucoup trop élevés, ne sont nullement contraignants pour les opérateurs. De plus, il était prévu que l'abaissement des niveaux d'exposition soit réellement expérimenté sur le terrain, et pas seulement simulé via des modélisations par ordinateur. C'est d'ailleurs bien dans ce but que les communes engagées se sont portées volontaires."

Etienne Cendrier rappelle enfin que Robin des toits, n'est nullement opposé à la construction de nouvelles antennes-relais : "Nous préférons qu'il y en ait beaucoup plus, mais que chacune de ces antennes émette des ondes n'exposant personne à une puissance supérieure à 0,6 Volt / mètre."

---
Source : http://www.metrofrance.com/info/antennes-relais-l-exposition-aux-ondes-mesuree-dans-six-sites-pilotes/mkbh!l2ZtSxFtWT8lA/

Lu 2353 fois

Dans la même rubrique :
1 2

Grenelle des ondes | Conférence citoyenne | Sénat et Assemblée | Conseil de Paris | Auditions agences gouvernementales | Conférence environnementale


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Schéma ARCEP
Grenoble arbres
En tête RdT2


LIENS UTILES