Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH


Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...
pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

'Antennes relais : les opérateurs ne décrochent plus' - L'Humanité - 24/03/2009

Santé . Les opérateurs téléphoniques ont décliné l’invitation à un colloque sur les risques sanitaires liés aux technologies sans fil qui se tient aujourd’hui au Sénat. Les associations dénoncent un débat impossible.



'Antennes relais : les opérateurs ne décrochent plus' - L'Humanité - 24/03/2009
Complexe, brûlant et polémique : le débat relatif aux risques potentiels de la téléphonie mobile pour la santé n’est pas prêt… d’avoir lieu. Relancé fin février après des décisions de justice qui commandaient à Bouygues Télécom, Orange et SFR de démonter deux de leurs antennes, il aurait pu rebondir ce matin, au Sénat, alors que s’y tient un colloque sur le sujet.

Las, celui-ci se fera sans les parties de la défense. Ni les opérateurs téléphoniques ni l’AFSSET - Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail -, dont une première étude avait conclu à l’innocuité des réseaux sans fil, n’ont en effet répondu à l’invitation lancée par deux parlementaires Verts, Marie-Christine Blandin et Jean Desessard.

« Nous ne sommes pas médecins »

L’AFSSET s’est excusée auprès des organisateurs. « Ils sont en train d’achever une nouvelle étude sur le sujet dont les conclusions ne sont pas encore publiées », explique Marie-Christine Blandin, qui admet plus ou moins le motif. La sénatrice, en revanche, comptait, mercredi encore, sur la présence de l’AFOM, Association française des opérateurs mobiles. L’organisation, représentante de douze opérateurs, « a répondu positivement à notre invitation », assure Marie-Christine Blandin. « Je n’ose imaginer qu’elle nous fasse faux bon sans même nous prévenir. »

Un consentement que l’AFOM, vendredi, paraissait ignorer. « Nous avons décliné cette invitation pour plusieurs raisons », explique Éric Debranche, porte-parole de l’association. « D’une part, aucune des autorités sanitaires ne sera présente à ce débat. Or nous ne sommes ni médecins ni scientifiques : nous ne faisons que relayer leurs conclusions, qui toutes s’accordent à dire que la téléphonie mobile ne représente pas de danger. » Par ailleurs, poursuit Éric Debranche, le gouvernement a promis de tenir, le 23 avril, une table ronde rassemblant tous les acteurs de ce dossier. « L’AFOM préfère débattre sous l’égide du ministère de la Santé. »

Du côté de l’accusation, on ne s’étonne pas de l’absence des opérateurs, sans toutefois l’admettre. « Ils fuient sans arrêt le débat public », assure Étienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des toits, qui milite ardemment pour la réduction des seuils d’émissions d’ondes téléphoniques (lire ci-après). Quant à la table ronde du 23 avril, son objectivité le laisse sceptique. « Dans sa lettre de mission à Roseline Bachelot, François Fillon stipule que l’hypothèse d’un risque pour la santé pour les populations vivant à proximité des antennes relais de téléphonie mobile ne peut être retenue, explique Étienne Cendrier. À quoi rime un débat dont les conclusions sont déjà données ? »

Car c’est évidemment là que se situe le point de friction entre ceux qui affirment que les antennes relais font, en l’état, courir un risque sanitaire à la population et ceux qui jurent que non. Au cours des vingt dernières années, les études se sont multipliées qui aboutissent à des conclusions variables (lire ci-après). « Bizarrement, toutes celles financées par les opérateurs concluent à l’absence de risque », pointe encore Étienne Cendrier.

Un risque qui ne peut être ignoré

Responsable du laboratoire de mesures du CRIIEM, Centre de recherches et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques, Catherine Gouhier insiste, elle aussi, sur les conflits d’intérêts constatés en la matière. « L’AFSSET a été épinglée parce que certains des experts ayant participé à sa première étude étaient membres du Conseil scientifique de Bouygues Télécom », rappelle-t-elle. Selon la chercheuse, la dangerosité des antennes relais pour la population est un élément trop probable pour être ignoré. « Si toutes les études concluaient à l’absence de risque, il n’y aurait pas lieu de s’inquiéter. Or, une majorité dit l’inverse. » Pourtant, il n’y a pas qu’au Sénat que le dialogue ripe. « Aucune de nos questions aux opérateurs n’obtient jamais de réponse », assure-t-elle, plaidant pour une révision des normes d’émission au moins à titre préventif. « Le Parlement européen lui-même a signifié, en septembre, que l’accumulation de nouvelles technologies rend la réglementation obsolète. » La dernière date de 1999. Voilà qui mérite au moins discussion.

Marie-Noëlle Bertrand

---
Source : http://www.humanite.fr/2009-03-23_Societe_Antennes-relais-les-operateurs-ne-decrochent-plus

---
Voir également :

- Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile

- LA QUESTION DES ANTENNES RELAIS - "Fillon connaît manifestement mal son sujet" - Nouvel Obs.com - 05/03/2009

- 'Un bien curieux rapport officiel' - Le Parisien 17/04/2003

- 'Source de Financement et Résultats des Études sur les Effets sur la Santé de l'Utilisation du Téléphone portable' : Huss A & al. - 2007

- 'Liens secrets avec l'industrie et conflits d'intérêts dans la recherche sur le cancer' - Hardell et al. - 2006

- Résolution du Parlement européen - Textes adoptés au 04/09/2008

Robin des Toits
Lu 3213 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

Télévision | Radio | Presse écrite | Internet | A l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème