Danger téléphone portable et antenne relais, danger wifi pour la santé, dangers téléphone sans-fil DECT (cancer du cerveau...)

Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), 4G mais aussi du Wi-fi, du Bluetooth et des téléphone sans fil DECT...
la_trousse_2018.pdf La_TROUSSE_2018.pdf  (255.69 Ko)
pack_robin_2018_1.zip PACK ROBIN 2018.zip  (14.14 Mo)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Les vives inquiétudes d’une mère à l’arrivée de la 5G - clicanoo.re - 25/06/2019

Marie vit depuis quatorze ans à deux pas seulement de deux antennes relais installées sur le toit de son immeuble. L’exposition aux ondes serait responsable, selon elle, des problèmes de santé de sa fille. Mais difficile pour cette mère de trouver une oreille attentive, alors que la qualité du réseau est devenue une priorité.



"Je ne suis pas contre la technologie, moi aussi j’ai un téléphone", souligne immédiatement Marie*. "Mais cette antenne relais se trouve à cinq mètres à peine de mon balcon. Pourquoi ils ne mettent pas ça là où il y a peu de gens, ou bien sur leurs balcons à eux ?", interroge légitimement cette mère de famille, inquiète pour sa santé et celle de ses enfants. Depuis quatorze ans, elle vit dans ce logement du centre-ville dionysien où ses quatre enfants ont grandi. "Ma fille, qui dort près de la fenêtre, souffre de douleurs musculaires et de maux de tête à répétition. Tout comme moi". Si le lien de cause à effet n’est pas officiellement prouvé, Marie est sûre que l’imposante antenne relais assurant les réseaux 2G/3G et 4G qui se trouve à deux pas, n’y est pas totalement étrangère. "J’ai commencé des démarches pour les faire déplacer, d’autant que le collège Saint-Michel est à deux pas, mais ça reste sans effet pour le moment". Surtout que la situation est loin de s’arranger…


Depuis début juin, un permis de construire pour l’installation d’une antenne 5G est affiché à l’entrée de l’immeuble. "On est même pas consulté, c’est le bailleur qui décide tout seul. Je paie pour un logement et je ne peux même pas en profiter pleinement". Car en guise de précaution, Marie a décidé de prendre des mesures radicales. "Je ne veux pas que les enfants se rendent sur le balcon. J’étends le linge, c’est tout".

 
La locataire a bien tenté de lancer une pétition qui a même recueilli l’unanimité dans l’immeuble. Mais les autorités se contentent de la renvoyer vers l’Agence nationale des fréquences (ANFR), à même de mesurer les ondes émises par les antennes. Par délégation de l’État, cette agence a notamment pour mission de s’assurer "du respect des limites d’exposition du public aux ondes". Le spécialiste est censé se déplacer depuis la métropole, et la mesure est en attente depuis déjà de longs mois… 

 
Vers un recours en justice ?
 

Même son de cloche chez Orange, qui renvoie à l’ANFR en ce qui concerne les études et mesures concernant les antennes relais en activité. L’opérateur se défend par ailleurs de toute prise de risque concernant les usagers situés à proximité des dispositifs. "Il n’y a pas de règlementation concernant les distances d’installation de nos antennes. Nous devons respecter les valeurs d’exposition électromagnétique dont les valeurs sont rappelées par l’Ineris". Quid de cette antenne précisément citée alors ? "Il est rappelé que dans le cas d’une antenne installée en terrasse, un équipement situé à une hauteur du sol de plus de 2,5 mètres est considéré dans la plupart des cas comme installé avec un périmètre de sécurité hors de portée du public. Le balisage du périmètre de sécurité n’est pas nécessaire", évoque pour sa part l’ANFR. Idem pour les établissements scolaires situés dans un rayon de cent mètres. "Le dossier précise les actions engagées pour assurer qu'au sein des établissements scolaires, l'exposition du public au champ électromagnétique émis par l'équipement ou l'installation est aussi faible que possible tout en préservant la qualité du service rendu".


Comme chaque année, et dans le cadre du déploiement de la 5G, l’ANFR doit effectuer une série de mesures afin de définir de nouveaux périmètres de sécurité liés à l’exposition aux ondes. L’Agence française de sécurité sanitaire (ANSES) devrait par la suite "vérifier la pertinence des modalités de déploiement de la 5G". Mais aucune étude ne vient pour l’heure infirmer ou confirmer avec certitude le risque pour la santé que présenteraient les antennes relais.


Pas nécessairement de quoi se rassurer pour l’heure chez Marie, qui envisage de saisir le tribunal administratif contre le permis de construire qui a été délivré au mois de juin par la mairie. "Je ne comprends pourquoi on doit absolument laisser ces deux antennes aussi près des habitations ?". 


La réponse pour Orange est évidente : "La qualité de la couverture est lié à l’implantation des antennes. Éloigner une antenne impactera nécessairement la qualité de la couverture et des communications. Les implémentations se font en concertation avec les autorités et conformément à la réglementation, pour assurer une qualité de service suffisante et le respect des normes en vigueur". 
 

Julien Georget
 
(*) Le prénom a été modifié.

---
Source : https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2019/06/25/Les-vives-inquietudes-dune-mere-larrivee-de-la-5G_581880
 

Lu 262 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5

Que dire / que faire ? (à la maison, au travail, à l'école ...) | Les actions régionales (antennes-relais, Wimax ...) | Engagements pour le Principe de Précaution (0,6V/m...)


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.




- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Schéma ARCEP
Grenoble arbres
En tête RdT2


LIENS UTILES