Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin_20101224.zip Pack_robin_20101224.zip  (3.12 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf La_TROUSSE_2010.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

'La Capelle-lès-Boulogne : Marion, cloîtrée à la maison, souffre d’électrosensibilité' - La Voix du Nord - 08/04/216



Marion est hypersensible aux ondes : téléphones portables, wifi, ordinateurs... Photo d’illustration Guy DROLLET
Marion est hypersensible aux ondes : téléphones portables, wifi, ordinateurs... Photo d’illustration Guy DROLLET
Depuis l’âge de 9 ans, Marion souffre d’électrohypersensibilité. Elle est hypersensible aux ondes électromagnétiques. Un lourd handicap pour cette jeune Capelloise de 19 ans obligée de vivre quasi recluse chez elle. S’y ajoute depuis peu une nouvelle inquiétude liée aux compteurs Linky d’ERDF.

«
Ça a commencé quand j’avais 9 ans, se souvient Marion (*). Je me suis mise à faire des migraines, et parfois des éruptions cutanées. À l’époque, on ne s’inquiétait pas vraiment. » Les troubles s’aggravent à son entrée au collège. «
Mes maux de tête devenaient quotidiens, avec parfois des nausées, des vertiges. J’ai commencé à me plaindre que
je ne voulais plus prendre le bus à cause des téléphones portables. Je ne savais pas trop pourquoi…
»




Des troubles multiples…




Un peu plus tard, elle commence à ressentir des acouphènes (bourdonnement d’oreille) quand les gens utilisent leur portable en sa présence, idem dans la salle informatique, près des ordinateurs, où elle a aussi des fourmillements.



Les choses allant de mal en pis, Marion consulte une multitude de spécialistes dès l’âge de 13 ans. En vain. Personne ne découvre de quoi elle souffre.



Arrivée en 3e, «
je ne dormais plus que 3 h par nuit maximum, j’étais constamment crevée
». S’y ajoutent des problèmes de concentration, de perte de mémoire immédiate, de palpitations, de troubles urinaires et digestifs. «
Quand j’ai fini l’année, il était évident pour moi que j’allais arrêter l’école, sinon j’allais mourir. » Une école qu’elle aimait pourtant beaucoup.



Marion ne fait donc pas sa rentrée au lycée. «
L’année a été horrible, j’ai un peu récupéré mais je ne pouvais rien faire. Je n’arrivais pas à me concentrer sur un livre ou sur la télé…
»



Elle trouvera enfin les réponses à ses questions après que son papa a entendu par hasard le professeur Belpomme à la radio. Rendez-vous est pris à Paris avec ce cancérologue spécialisé dans les maladies environnementales. Suite à des analyses médicales poussées, il la diagnostique comme électrosensible. «
Tous mes symptômes
correspondaient à des phases d’exposition aux ondes électromagnétiques
: téléphone portable, wi-fi, ordinateurs, etc. » Marion suit alors un traitement qui améliore beaucoup son état, notamment la barrière hémato-encéphalique de son cerveau, considérablement dégradée. En 2013, elle fait sa rentrée au lycée. «
J’ai tenu un an, mais plus le temps avançait, plus mon état s’aggravait à nouveau.
»



Depuis 2015, Marion poursuit ses études chez elle, par correspondance. Elle ne prend plus le train, ne va pas au ciné, au restaurant. Elle ne sort plus en ville sauf «
en cas de force majeure : examens médicaux ou universitaires
». À chaque fois qu’elle s’expose aux ondes, elle met plusieurs jours à récupérer son énergie… Ses amis viennent la voir chez elle.



Marion reste cloîtrée à la maison mis à part des petites balades en forêt ou dans certaines rues. Drôle de vie pour une ado…




Où vivre si les zones blanches disparaissent ?




«
Je vais bien mais
j’aimerais avoir une vie sociale
», soupire Marion. Cette courageuse jeune fille en veut à ceux qui ne diligentent pas assez d’études poussées sur sa maladie... voire même qui plieraient face aux lobbys. Deux autre questions l’inquiètent. La pose des nouveaux compteurs Linky d’Erdf. «
Je ne pourrai plus continuer à me balader à La Capelle. Il faudra je parte dans un coin perdu alors que j’espérais pouvoir finir mes études ici.
» S’y rajoute la loi Macron, qui prévoit la suppression en 2017 de toutes les zones blanches en France. Où aller vivre ?




(*) Le prénom a été modifié, notre témoin souhaitant garder son anonymat.

---
Source : http://www.lavoixdunord.fr/region/la-capelle-les-boulogne-marion-cloitree-a-la-maison-ia31b49051n3435697


Robin des Toits
Lu 1172 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7

Informations scientifiques | Autres documents | Réseau EHS | Presse, radio et TV | l'EHS à l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème