Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH


Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...
pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Communiqué de presse - Priartem - 16/10/2013



Communiqué de presse - Priartem - 16/10/2013
Mardi 15 octobre 2013, l’ANSES, l’Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement, a rendu public un nouveau rapport d’expertise sur le thème « radiofréquences et santé ». Ce rapport et l’avis de l’ANSES qui l’accompagne avaient pour objet d’actualiser l’expertise rendue en 2009.

Depuis 2009, la qualité scientifique des études s’est globalement améliorée, et celles montrant des effets se sont accumulées, renforçant les signaux de risques pour la santé : mort cellulaire, stress oxydatif, cassures des brins d’ADN, perturbation du sommeil et de l’activité électrique du cerveau, risque d’augmentation de tumeur cérébrale chez les utilisateurs de portables au-delà de 30 minutes journalières...

Malheureusement, les experts ont choisi de mettre au point une méthode, qui sous des apparences de rigueur scientifique, dresse des barrières quasi infranchissables pour déterminer si l’effet qu’on observe correspond à un effet avéré sur la santé. De quoi alimenter pour des dizaines d’années encor e les arguments des marchands de doute qui préconisent de ne surtout rien faire tant que le risque n’est pas « avéré », c’est-à-dire définitivement établi et maintenir le public dans la perplexité et la défiance face à un risque mal évalué.

En 2009, l’AFFSET avait adopté une position courageuse en mettant en lumière les signaux de risque, ce qui avait fait évoluer significativement la reconnaissance de ce risque émergent et permis de préconiser la réduction des expositions. Cela avait d’ailleurs coûté sa place au directeur de l’époque et provoqué une fronde de certains experts.

Aujourd’hui, même si de nouvelles recommandations intéressantes sont à souligner, comme la préconisation d’une étude d’impact préalable à toute nouvelle implantation d’antennes-relais, la communication de l’ANSES semble bien frileuse et convainc peu alors que beaucoup d’attentes étaient attachées à la sortie de ce rapport.

Comme Mme Martine Hours, présidente du Comité d’Experts Spécialisés –CES-Agents physiques de l’ANSES l’a affirmé lors de la conférence de presse de restitution, on n’a pas à attendre que le risque soit avéré pour limiter les expositions. Celle-ci, qui a rapporté les inquiétudes des membres du CES face à l’augmentation actuelle de ces expositions, considère que la maîtrise des expositions est le coeur du sujet.

Pour Priartem, il faut aller au bout de cette logique et prendre la seule décision cohérente qui s’impose, à savoir réduire l’exposition de la population en abrogeant le décret du 3 mai 2002 - et ses seuils insupportables - et en introduisant dans la loi le principe ALARA. La balle est donc dans le camp du Politique qui allierait ainsi principe de précaution et principe de responsabilité afin de préserver la santé publique et l’intérêt général.

Priartem exhorte donc le gouvernement à prendre ses responsabilités sans se défausser sur l’absence de preuve formelle d’un risque, et à traduire en acte, sans attendre, les recommandations de l’ANSES. Dans le contexte actuel de déploiement effréné des technologies sans fil (4G, tablettes numériques, compteurs dits intelligents, prolifération des objets et gadgets communicants...), il y a urgence.

Contact presse : 01 42 47 81 54 – contact@priartem.fr

---
Source : http://www.priartem.fr/Radiofrequences-et-sante-Des.html

---
Voir également :

- L’Afsset recommande de réduire les expositions - RAPPORT - 15/10/2009’Afsset recommande de réduire les expositions - RAPPORT - 15/10/2009

- Rapport de l'AFSSET sur les ondes des antennes-relais et des téléphones mobiles - JT TF1 - France 2 et France 3 - 15/10/2009

- Décret du 3 mai 2002 : ou comment éviter... la cuisson

Robin des Toits
Lu 475 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3

Contacts Presse | Nos communiqués | Nos revendications | Autres communiqués | Evènements institutionnels : Grenelle... | Robin '' interactif ''


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème