Danger téléphone portable et antenne relais, danger wifi pour la santé, dangers téléphone sans-fil DECT (cancer du cerveau...)

Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), 4G mais aussi du Wi-fi, du Bluetooth et des téléphone sans fil DECT...
la_trousse_2018.pdf La_TROUSSE_2018.pdf  (255.69 Ko)
pack_robin_2018_1.zip PACK ROBIN 2018.zip  (14.14 Mo)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

ETUDE : "IRM cérébrale fonctionnelle chez des patients se plaignant d'électro-hypersensibilité après une exposition à long terme aux champs électromagnétiques" - 2017



ETUDE : "IRM cérébrale fonctionnelle chez des patients se plaignant d'électro-hypersensibilité après une exposition à long terme aux champs électromagnétiques" - 2017
Gunnar Heuser / Sylvia A. Heuser


RESUME

Introduction:

Dix patients adultes présentant une hypersensibilité électromagnétique ont subi une imagerie cérébrale fonctionnelle par imagerie par résonance magnétique (IRMf). Tous les scans étaient anormaux avec des anomalies qui étaient consistantes et similaires. Il est proposé que les scintigraphies cérébrales IRMf soient utilisées comme aide diagnostique pour déterminer si un patient présente ou non une hypersensibilité électromagnétique. Au fil des ans, nous avons vu un nombre croissant de patients qui avaient développé des plaintes multi-système après une exposition répétée à long terme aux champs électromagnétiques (CEM). Ces plaintes comprenaient des maux de tête, des problèmes cognitifs et de mémoire intermittents, une désorientation intermittente, ainsi qu'une sensibilité à l'exposition aux champs électromagnétiques. Les tests de laboratoire réguliers étaient dans les limites normales chez ces patients. Les patients ont refusé d'être exposés à la radioactivité des examens, ceci excluait donc la tomographie par émission de positons (PET) et la tomodensitométrie par émission monophotonique (SPECT). C'est pourquoi nous avons commandé des scintigraphies cérébrales IRMf chez ces patients. Nous espérions pouvoir documenter des anomalies objectives chez ces patients souvent classés en cas psychiatriques.

Matériaux et méthodes:

Dix patients ont d'abord subi une scintigraphie cérébrale normale par imagerie par résonance magnétique (IRM), en utilisant un système ouvert Siemens Verio MRI de 3 Tesla. Une étude IRM fonctionnelle a ensuite été réalisée à l'état de repos en utilisant les séquences suivantes:

- Un écho de gradient tridimensionnel pondéré en T1 (MPRAGE)

- Réseau d'état de repos. Les séquences d'imagerie écho-planaire (EPI) pour ce bilan dépendant du niveau d'oxygénation sanguine au repos (BOLD) ont ensuite été post-traitées sur un poste de travail 3D et l'analyse indépendante des composants a été réalisée en séparant les différents réseaux.

- Étiquetage de spin artériel.

- Tractographie et anisotropie fractionnée.

Résultats:

Tous les dix patients présentaient des scintigraphies cérébrales IRM fonctionnelles anormales. L'anomalie a souvent été décrite comme une hyper connectivité de la composante antérieure du mode par défaut dans la région orbitofrontale médiale. D'autres anomalies ont généralement été trouvées. Les études IRM régulières du cerveau étaient pour la plupart sans particularité chez ces patients.

Conclusion:

Nous proposons que les études IRM fonctionnelles deviennent une aide au diagnostic lors de l'évaluation d'un patient qui prétend être électrohypersensible (EHS) et qui a normalement des études normales. Fait intéressant, le diagnostic différentiel pour les anomalies observées sur l'IRMf comprend les blessures à la tête. Il se trouve que beaucoup de nos patients avaient en effet des antécédents de traumatisme crânien qui ont ensuite été suivis plus tard par le développement de l'EHS. Beaucoup de nos patients avaient également des antécédents d'exposition à des produits chimiques potentiellement neurotoxiques, en particulier les moisissures. Une blessure à la tête et une exposition à des produits chimiques neurotoxiques peuvent rendre un patient plus vulnérable au développement de l'EHS.

---
Source : https://www.degruyter.com/view/j/reveh.2017.32.issue-3/reveh-2017-0014/reveh-2017-0014.xml

Robin des Toits
Lu 2037 fois

Dans la même rubrique :
1 2

épidémiologie | in vivo, in vitro


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Schéma ARCEP
Grnoble arbres
En tête RdT2


LIENS UTILES