Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Antenne-relais sur un clocher dans l'Ain : 'Ça cloche au Treffort' - Le Dauphiné Libéré - 15/05/2008

« Les antennes doivent quitter le clocher de Treffort »



Marie-Hélène Nouvellon sous le clocher “électromagnétique”. « Les antennes devraient être installées au moins à 300 m des habitations pour éviter tout risque. Là, elles sont à 10 mètres des chambres ! »
Marie-Hélène Nouvellon sous le clocher “électromagnétique”. « Les antennes devraient être installées au moins à 300 m des habitations pour éviter tout risque. Là, elles sont à 10 mètres des chambres ! »

A Treffort, l'évêché et la municipalité n'ont pas prolongé le contrat avec l'opérateur de téléphonie mobile. Un soulagement pour Marie-Hélène Nouvellon, plus proche riveraine des antennes et documentaliste de l'association Vigilance Information Santé. Elle explique: «Bouygues a décidé d'installer des antennes-relais dans le clocher. Trois macro-stations pouvant couvrir plusieurs kilomètres. La municipalité a signé le contrat en septembre 2000. Je ne sais pas si l'évêque a été informé, ou si c'est seulement son secrétaire... Toujours est-il que le curé a signé aussi ».

Comment avez-vous réagi ?

«On s'est dit qu'il valait mieux y réfléchir. On a demandé un moratoire des travaux. Refusé. Les antennes-relais ont été installées en juillet 2002. On a créé Vigilance Information Santé (VIS) à la fin de l'été, pour essayer d'alerter le maire et la population.»

Pour quel résultat ?

«La municipalité a créé une commission. On peut parler indéfiniment. Nous, on se bat pour le principe de précaution tant qu'il n'y a pas de législation protectrice de la santé. Selon des spécialistes, les antennes devraient être installées au moins à 300 mètres des habitations pour éliminer tout risque. Là, elles sont à 10 mètres des chambres ! Elles ne devraient pas excéder 0,6 volts par mètre. On a acheté un petit appareil de mesure. Autour du clocher, la valeur-limite est largement dépassée.»

Ressentez-vous des effets nocifs ?

Ils varient en fonction des appels. Ce sont des acouphènes, des sifflements dans les oreilles, des troubles du sommeil, de la fatigue... Mon mari a un cancer. Il l'avait avant. Mais on dit que les champs électromagnétiques peuvent jouer sur les défenses immunitaires.»

Êtes-vous allés au tribunal ?

«Oui, mais le tribunal administratif ne peut juger que la forme. On a joint deux recours contre Bouygues et contre SFR qui a installé des antennes-relais en zone industrielle, à 250 mètres de bâtiments constructibles. On a perdu contre l'un et gagné contre l'autre. Ça ne change pas grand chose.»

Et maintenant ?

Les antennes-relais doivent quitter le clocher de Treffort. L'évêque a précisé qu'il ne prolongerait pas le contrat. Avant les élections, l'ancienne municipalité a voté son non-renouvellement. Bouygues doit trouver un site d'ici fin octobre. Plusieurs solutions sont à l'étude. On a la chance d'avoir un habitat regroupé. Les antennes pourraient très bien être installées loin de toute habitation.»

Les riverains arrivent-ils à mieux se faire entendre ?

«Pour nous, c'est un soulagement et une satisfaction de voir que le principe de précaution a été pris en compte. Dans beaucoup d'endroits, les gens subissent, ou ils s'en vont. À Treffort, l'association a la chance de compter pas mal de retraités qui ont le temps de s'y consacrer. Mais il existe un tel rapport de force qu'il faut beaucoup de constance pour tenir.»
Présicions: la réglementation française fixe la valeur-limite d'émission à 41 ou 58 volts/m. Très au-delà des 0,6 v/m de sécurité préconisés par certains spécialistes, et en vigueur dans plusieurs pays d'Europe.

---
Source :
- http://www.ledauphine.com/index.jspz?article=24240

Robin des Toits
Lu 4097 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

Télévision | Radio | Presse écrite | Internet | A l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème