Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

'Antennes-relais : le débat continue' - Le Progrès - 27/05/2009



« L'arrêté interdit l'installation d'antennes à moins de 100 mètres d'écoles ou de crèches »

« Le dossier des antennes-relais est un sujet sensible à Oullins », explique le sénateur-maire d'Oullins François-Noël Buffet qui n'a pas oublié les 3 expériences malheureuses avec les opérateurs de téléphonie mobile.

« Pour m'être opposé à leurs desseins, la ville a été condamnée à chaque fois par le tribunal », poursuit-il. Dans ces conditions, le conseil municipal a mis en place, dès mai 2007, un moratoire pour un délai de six mois, prolongé ensuite. Dernièrement, le maire d'Oullins a pris un arrêté visant à interdire l'implantation de tout dispositif émettant des champs électromagnétiques à une distance inférieure à 100 mètres des écoles et des crèches.

Aujourd'hui, le dossier le plus « chaud » est celui de la Bussière dans lequel un opérateur souhaite installer des antennes à proximité de l'école Ferry.

Mais le premier magistrat de la commune préfère rester prudent : « La situation pourrait évoluer. J'ai demandé à Marc Filiu, conseiller municipal délégué au développement durable de s'emparer du dossier. Ce dernier doit rencontrer tout le monde pour que la concertation soit maximale ». Et le sénateur-maire de reprendre : « A titre personnel, je refuse l'installation de ces antennes par précaution dans la mesure où le matériel serait installé à proximité d'une école. S'il n'y a pas de certitudes autour du danger des antennes-relais, il y a quand même beaucoup d'incertitudes... Le rôle du maire est de veiller à la santé de ses concitoyens. On ne peut pas exclure les risques pour les personnes les plus fragiles ». L'issue du dossier reste cependant assez floue : « Nous avons rencontré les membres de l'association « La Bussière en danger » et il semble que l'on ne pourra pas éviter une action en justice auprès du tribunal de Grande instance ».

« Toutefois, la position de la ville doit aller au respect du libre usage de la téléphonie mobile tout en protégeant les habitants. Aujourd'hui, si l'important c'est l'intensité de la fréquence, il faut descendre à 0,6 volts par mètre. La solution passe peut-être par l'installation de nouvelles antennes mais de plus faibles puissances », conclut le maire qui souhaiterait établir une charte renforcée de concertation et d'information.

La première « affaire » concernant l'installation d'antennes-relais à Oullins remonte au début des années 2000 avec la volonté d'un opérateur d'installer son matériel à la Cadière. En 2007, le même opérateur a tenté le coup de force rue Claude-Michel. Et il y a peu, c'est la Bussière qui a été l'objet de toutes les convoitises de la part d'un géant de la téléphonie mobile. Le maire d'Oullins a, à chaque fois, refusé l'installation mais a été systématiquement condamné. Après le moratoire, le maire a pris un arrêté municipal, limitant les implantations. Pas suffisant répond Oullins-initiatives, le collectif monté sur la commune pour sensibiliser aux dangers des ondes.

« La municipalité ne doit pas se donner bonne conscience grâce à cet arrêté »

Le collectif semble plus que jamais déterminé à poursuivre son combat. « Si nous apprécions la parution de l'arrêté, il ne faut pas que celui-ci ne soit qu'un papier de plus sans application effective. Il est indispensable de suivre de près sa mise en application », explique le porte-parole du collectif Oullins-initiatives.

« Si les opérateurs l'acceptent, des mesures continues, indépendantes et certifiées doivent être au plus tôt entreprises au niveau de tous les établissements sensibles comme les écoles, crèches, garderies citées dans l'arrêté, mais aussi les établissements accueillant les personnes âgées, catégorie à risques oubliée par l'arrêté », poursuit ce dernier, précisant que le seuil de 0,6 V/m doit être un maximum continu, indépassable. Jacques Philippe pense que la concertation doit être totale : « Associations et collectifs doivent être associés de plein droit à ces contrôles, en tant que représentants de leurs adhérents ». Ferme, il poursuit : « Si les opérateurs restent sur leur position, il appartiendra au maire d'en tirer les conséquences. En France, un maire a déjà pris un arrêté de fermeture d'une école en raison du refus de l'opérateur de ne pas démanteler une antenne située à proximité de l'établissement ».

Et de reprendre : « Nous soutiendrons la municipalité dans toute action positive au cas où les opérateurs porteraient l'affaire en justice ou n'appliqueraient pas l'arrêté, en particulier par le biais de notre pétition, de lettres de résidents des immeubles concernés, ou grâce aux témoignages de personnes affectées ».

Le Collectif poursuivra donc jusqu'à ce que la municipalité obtienne des résultats complets, vérifiables et durables. Sa conclusion est sans appel : « L'équipe municipale ne doit pas se donner « bonne conscience » grâce à cette parution, mais doit considérer que ce n'est qu'un premier pas vers la sécurité sanitaire des administrés : des moyens en personnel et en budget doivent être affectés aux actions à mener concernant les établissements relevant de la responsabilité de la commune et une information claire et précise doit être donnée dans le cadre du principe de précaution aux établissements privés ».

Jacques Philippe Porte-parole du collectif Oullins-initiatives

---
Source : http://www.leprogres.fr/fr/permalien/article/1528073/Antennes-relais-le-debat-continue.html

'Antennes-relais : le débat continue' - Le Progrès - 27/05/2009

'Antennes-relais : le débat continue' - Le Progrès - 27/05/2009

Robin des Toits
Lu 2206 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

Télévision | Radio | Presse écrite | Internet | A l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème