Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Ondes électromagnétiques : un rapport trop «frileux» - Libération - 15/10/2013



Ondes électromagnétiques : un rapport trop «frileux» - Libération - 15/10/2013
Au rapport.
L'Anses écarte «un effet avéré pour la santé» mais recommande la prudence, établissant «des effets biologiques» sur le sommeil ou la fertilité.

La question revient périodiquement : faut-il craindre les ondes électromagnétiques ? L’usage du téléphone portable, du wi-fi, l’implantation des antennes relais ont-ils des conséquences sur notre santé et celles des enfants ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié ce mardi son dernier rapport, compilant les études scientifiques menées ces dernières années à l’échelle mondiale. Sa conclusion, en version abrégée : il n’y a pas, en l’état actuel des connaissances, de «risque sanitaire avéré». Cela dit, l’agence pointe quand même des «effets biologiques chez l’homme et chez l’animal» et émet des recommandations.

Que dit l’Anses par rapport à son précédent rapport ?

Le dernier rapport datait de 2009. A peu de choses près, l’agence dit la même chose qu’à l’époque : en l’état actuel des connaissances, il n’y a pas de risque sanitaire avéré. «Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de risque pour la santé», précise Gérard Lasfargues, le directeur général adjoint de l’Anses. Certaines publications évoquent en effet une possible augmentation du risque de tumeur cérébrale, sur le long terme, pour les utilisateurs intensifs de téléphones portables. Par utilisateurs intensifs, l’Anses entend les personnes passant 30 à 40 minutes par jour le téléphone scotché à l’oreille.

«Des études montrent en effet des risques mais le niveau de preuves reste limité, tempère Gérard Lasfargues. Elles se basent sur des cas-témoins : on interroge des sujets atteints de tumeurs sur leurs pratiques dans le passé. Cela comporte bien sûr des biais. Il n’est pas évident de se souvenir avec précision combien de temps vous passiez au téléphone chaque jour il y a quinze ans…» Des études de cohortes, suivant les pratiques de populations sur le long terme, ont été lancées à l’échelle internationale. Les résultats sont certes beaucoup plus fiables, mais ne seront pas connus avant encore cinq à dix ans. D’un point de vue méthodologique, précise l’Anses, «plus d’un millier d’études ont été identifiées, 400 ont été retenues, mais l’importance accordée à chacune varient en fonction des limites méthodologiques».

Plusieurs études établissent des effets biologiques liées aux ondes. «Biologiques car la plupart sont réversibles et donc pas de nature à devenir pathologiques», précise Gérard Lasfargues. L’agence a amendé sa copie par rapport à 2009 : les effets du portable sur le débit sanguin n’ont pas été confirmés cette fois-ci. De nouvelles études pointent en revanche un effet sur le sommeil et sur la fertilité masculine qui n'avaient pas été identifiés en 2009.

Quelles sont les recommandations ?

Se défendant de tout rôle politique, l’Anses formule plusieurs recommandations, «libre ensuite au ministère concerné de les suivre ou pas». Concernant l’utilisation des portables, l’Anses reste sur la même ligne qu’il y a quatre ans : elle déconseille le portable pour les enfants, qui ont par définition, une boite crânienne moins épaisse et donc plus perméable aux ondes. Pour les «gros utilisateurs» (30 à 40 minutes par jour), l’agence conseille le kit mains libres et un téléphone le moins émissif possible. «Sur l’emballage est obligatoirement inscrit le DAS (débit d’absorption spécifique)», rappelle l'Anses, conseillant d’opter pour les appareils dont le DAS est le plus faible.

Nouveauté par rapport à 2009, l’Anses préconise de systématiser une étude préalable avant toute nouvelle implantation d’antenne relais, pour mesurer le niveau d’exposition et «éviter ainsi que certaines zones soient beaucoup plus exposées que d’autres». Dans le même registre, elle se dit favorable à une campagne nationale de mesures de l’exposition aux ondes de tous les lieux ouverts au public… Mais dit dans le même temps, que l’état actuel des connaissances ne «conduit pas à proposer de nouvelles valeurs limites d’exposition de la population.»

Pourquoi les associations sont-elles déçues ?

Les associations en pointe dans la lutte contre les ondes sont dépitées. Elles attendaient beaucoup de ce rapport, «tant le gouvernement soumet toute définition de sa politique de santé publique aux conclusions» de l’agence, indiquait hier dans un communiqué l’association Priartem. Sa présidente, Janine Le Calvez, jointe ce mardi: «Quelle frilosité ! L’agence met en avant le fait qu’il n’y a pas d’effet avéré sur la santé. Les gens vont retenir qu’il n’y a pas d’effet du tout, alors que ce n’est pas vrai. Les effets "biologiques" comme il est écrit sont bien des effets sur la santé. Je pense notamment aux conséquences sur la fertilité. Ce n’est pas rien.»

Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des Toits, s’indigne, lui, du silence de l’agence sur la technologie 4G en train de se déployer sur le territoire et qui permettra d’avoir sur des smartphones des débits internet comparables à ceux d’une ligne fixe.«Depuis 2009, nous avons demandé que soit étudié l’impact de la 4G avant son déploiement, histoire de ne pas prendre la population comme cobaye. On est en 2013, la technologie est en train d’être lancée et il n’y a toujours pas d’étude d 'impact sanitaire», a-t-il déploré, dans une déclaration à l’AFP. Pour lui,«l’agence ne fait pas son boulot, elle accompagne le déploiement commercial de cette technologie».

Laurence Abeille, députée Europe Ecologie-les Verts et auteure d'une proposition de loi sur le principe de précaution sur les ondes, n'est pas convaincue non plus par ce rapport «plein de contradictions». «C’est à se demander si l’agence ne s’applique pas le principe de précaution à elle-même… Elle préconise de mesurer l’exposition aux ondes mais dit en même temps qu’il n’est pas utile de revoir les seuils limites.»

Marie PIQUEMAL

---
Source : http://www.liberation.fr/societe/2013/10/15/l-agence-sanitaire-prend-les-ondes-avec-des-pincettes_939672

Robin des Toits
Lu 223 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

Télévision | Radio | Presse écrite | Internet | A l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème