Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH



Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...

pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)



Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

"Si les antennes-relais sont moins puissantes, elles devront être plus nombreuses" - Libération - 26/08/2013

Un rapport collectif estime qu'en abaissant la puissance des antennes au niveau préconisé par les associations, il faudrait multiplier leur nombre par trois pour que la couverture reste constante.



Des antennes relais pour télephones mobiles installées sur les toits de Paris, le 7 avril 2011. (Photo Jacques Demarthon. AFP)
Des antennes relais pour télephones mobiles installées sur les toits de Paris, le 7 avril 2011. (Photo Jacques Demarthon. AFP)
Au moins trois fois plus d’antennes-relais moins puissantes seraient nécessaires pour garantir aux Français une «faible exposition» aux ondes tout en conservant une couverture mobile «satisfaisante», selon des simulations menées dans cinq villes et publiées lundi par le gouvernement.

Issu en 2009 du Grenelle des ondes, le Copil, un comité réunissant l’Etat, les opérateurs de téléphonie, les élus locaux et les associations, était chargé d'«étudier la faisabilité d’une réduction de l’exposition du public aux ondes» sous le seuil de 0,6 V/m (volt par mètre), défendu par des associations comme un «seuil de protection» sanitaire.

Ce comité a également chapeauté des travaux visant à simuler un tel abaissement dans plusieurs villes puis à calculer le nombre d’antennes qu’il faudrait rajouter pour préserver la qualité de couverture. Selon un état des lieux mené en 2010 et 2011 dans seize zones pilotes, «90% des niveaux d’exposition modélisés sont inférieurs à 0,7 V/m et 99% à 2,7 V/m alors que les valeurs limites réglementaires sont comprises entre 40 V/m et 61 V/m pour les fréquences utilisées par la téléphonie mobile», indique le rapport de synthèse remis lundi aux ministres de l’Ecologie et de l’Economie numérique.

D’après des simulations numériques, l’abaissement de l’exposition à 0,6 V/m «s’accompagnerait d’une forte déterioration de la couverture réseau, en particulier à l’intérieur des bâtiments» : de 82% en intérieur à Paris XIVe ou de 30 à 40% à Plaine-Commune (Seine-Saint-Denis), par exemple.

Si un tel abaissement était mis en œuvre, il faudrait, au vu des simulations finalisées dans cinq villes (Paris XIVe, Grand-Champ (Morbihan), Grenoble, Lavelanet (Ariège) et Thiers (Puy-de-Dôme)) multiplier le nombre d’antennes «par un facteur au minimum égal à trois», selon ce rapport. Selon l’Agence nationale des fréquences (ANFR), il y a actuellement environ 50 000 antennes-relais de téléphone mobile en France.

Début 2013, l’association Robin des Toits, présente depuis l’origine des travaux en 2009, avait toutefois pris ses distances avec le processus en dénonçant des modifications de méthodologie et en estimant que l’objectif du comité était «de disqualifier le seuil d’expérimentation de 0,6 volt/mètre».

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé en 2011 les ondes comme potentiellement cancérigènes, mais les opérateurs s’appuient sur le dernier avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), datant de 2009, pour écarter tout danger. L’Anses doit prochainement actualiser cet avis.

---
Source : http://www.liberation.fr/societe/2013/08/26/si-les-antennes-relais-sont-moins-puissantes-elles-devront-etre-plus-nombreuses_927159

---
NB Robin des Toits : ce n'est pas le nombre d'antennes qui est problématique mais leur intensité. Or, l'abaissement à 0,6V/m a été recommandé par le Conseil de l'Europe en 2011.
Voir : Résolution 1815 du Conseil de l'Europe : reconnaissance du danger et recommandation d'abaissement des seuils d'exposition des antennes-relais à 0,6V/m puis 0,2V/m - mai 2011

Robin des Toits
Lu 339 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

Télévision | Radio | Presse écrite | Internet | A l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème