Association Robin des Toits

DANGER TELEPHONE PORTABLE et ANTENNES RELAIS - DANGER pour la SANTE des ONDES du PORTABLE, WIFI, WIMAX, SANS FIL DECT, BLUETOOTH


Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), Wimax mais aussi Wi-fi, Bluetooth et téléphone sans fil DECT...
pack_robin.zip pack_robin.zip  (3.14 Mo)
la_trousse_2010_1.pdf la_trousse_2010_1.pdf  (217.95 Ko)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

Le téléphone portable se porte mal aussi en Europe - Le journal de l'habitation - 29/11/2007

Il n'y a pas qu'ici où on s'interroge sur les impacts sur la santé de l'utilisation du cellulaire. Plusieurs études européennes récentes relancent le débat sur la dangerosité des téléphones portables. Elles soupçonnent un effet néfaste des ondes électromagnétiques sur les cellules animales et végétales. Les institutions officielles ont beau répéter qu’aucun effet délétère n’a été formellement prouvé. La commission Santé et environnement du Grenelle (sommet de l'environnement français) a toutefois retenu la proposition de baisser le seuil d’exposition maximal aux ondes des mobiles, relançant la question du principe de précaution.



En 2007, la France compte près de 50 millions d’abonnés à la téléphonie mobile. Or, depuis 15 ans, les études scientifiques se multiplient sur les conséquences potentielles de l’utilisation des portables. Disparates, les conclusions de ces rapports ont amené l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à proposer dès 1996 un seuil maximal d’exposition de 41 volts par mètre (V/m). Cette valeur, imposée par un décret en 2002, est considérée comme trop laxiste par certaines associations scientifiques. En 2005, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État du ministre de l’Écologie en France, proposait une loi fixant ce seuil à 0,6V/m. Cette idée est aujourd’hui retenue par le groupe de travail nº 3 du Grenelle de l’environnement, au grand dam des opérateurs de téléphonie mobile.

«À quand une indication “téléphoner tue” sur les mobiles?», ironise Franck Laval, président de l’association Écologie sans frontière. Sans aller jusqu’à cet extrême, plusieurs études relancent le débat sur le principe de précaution en matière de téléphonie mobile. Le BioInitiative Working Group, un groupe indépendant de scientifiques internationaux, a réuni les données disponibles sur la corrélation entre radiofréquences et cancers, dans un rapport sorti en août 2007. Ses conclusions sont sans équivoque: «si de multiples points restent à approfondir, il est clair que les seuils actuellement appliqués dans la plupart des pays sont mille fois trop indulgents».

Les spécialistes de BioInitiative ont établi un lien formel entre l’utilisation du téléphone portable, sur une durée de dix ans ou plus, et l’augmentation des cas de tumeurs malignes au cerveau. Ils accusent également les ondes électromagnétiques d’être des facteurs augmentant le risque de développer leucémies, cancers du sein et Alzheimer entre autres. Le rapport ajoute que, «tant qu’on n’aura pas déterminé une valeur en dessous de laquelle aucun effet biologique n’est observé, il n’est pas raisonnable, pour des questions de santé publique, de continuer à développer des technologies qui augmentent l’exposition, surtout involontaire, aux ondes électromagnétiques.»

Recherches financées par les opérateurs

Le BioInitiative s’est focalisé sur l’aspect quantitatif de l’effet des rayons; deux équipes de l’Université de Clermont-Ferrand ont, en revanche, étudié l’effet qualitatif des ondes sur la physiologie des plantes. Lorsqu’ils sont exposés à des ondes similaires à celles émises par des portables, les végétaux produisent des protéines de stress. Autrement dit, ils réagissent aux émissions des mobiles comme à une agression extérieure.
«Il faut rester prudent et ne pas généraliser à l’homme trop rapidement», tempère Alain Vian, de l’Équipe de recherche sur la transduction et l’autosurveillance cellulaire (ERTAC) à Clermont-Ferrand. «Pour l’instant, nous allons étudier la peau, qui présente la même surface étendue de cellules que les plantes», ajoute-t-il. Le programme, baptisé MAPHYS, est soutenu par la fondation Santé et radiofréquences, organisme de recherche créé par l’État en 2005, mais financé en partie par les trois opérateurs de téléphonie mobile nationaux, ainsi que des fabricants de mobiles.

En 1999, une grande étude a été lancée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de Lyon, en collaboration avec 23 institutions de 14 pays, pour déterminer l’impact des portables sur la santé. Le projet INTERPHONE a été financé notamment par l’Union internationale contre le cancer (UICC), qui a elle-même reçu des fonds du Mobile Manufacturers Forum et de l’Association GSM, deux associations de fabricants d’équipements téléphoniques. Rappelons que les résultats finaux de l’étude, prévus pour 2005, se font toujours attendre, officiellement pour des raisons d’interprétations des données…

Définir le principe de précaution

Quel degré d’indépendance accorder alors aux conclusions des précédentes études sur les radiofréquences? Celles de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et de l’Association française pour la sécurité sanitaire environnementale (AFSSE), notamment, concluaient mollement à une absence de preuves significatives impliquant un danger immédiat. En 2006, l’Inspection générale de l’environnement (IGE) et l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) émettaient publiquement des doutes sur l’indépendance des experts de l’AFSSE. À leur décharge, les organismes soulignaient cependant l’importance de l’application d’un principe de précaution.
Les opérateurs, qui s’expriment d’une seule voix, par l’intermédiaire de l’Association française des opérateurs mobiles (AFOM), affirment «faire ce qu’on leur dit», c’est-à-dire appliquer les recommandations de l’AFSSE. Outre la délivrance d’un kit oreillette «mains libres» avec tout téléphone, l’Agence conseille de limiter les campagnes de promotion en direction des enfants. Ces dispositions peuvent sembler laxistes, puisque l’AFSSE conclut, dans son rapport <@Ab>Téléphonie et santé<@Ab> daté de juin 2005, que: «divers effets biologiques ou physiologiques associés à l’exposition aux ondes des téléphones mobiles sont bien avérés.»

Une autre application du principe de précaution serait une baisse du seuil d’exposition à 0,6V/m, préconisée par l’association Robins des Toits entre autres, et retenue par le groupe 3 du Grenelle de l’environnement. Cependant, elle serait «impossible à appliquer», affirme l’AFOM, car la seule donnée contrôlable est l’émission d’onde, et non l’exposition du public à celles-ci. «Un seuil d’émission à 0,6V/m est en outre impensable, car il empêcherait toute émission radiophonique ou télévisuelle», ajoute l’association. Pour expliquer ces tergiversations sur les précautions à prendre, Franck Laval pointe du doigt le lobbying des opérateurs. «La preuve de la gravité de la situation, c’est la position des assureurs, explique-t-il. Certains [Swiss Re, Loyds, AXA et Allianz] ne veulent plus assurer les risques sanitaires et environnementaux liés à la téléphonie mobile». Il est troublant de se souvenir que déjà en 1911, les assureurs avaient pris une telle décision vis-à-vis des usines d’amiante.

* (Collaboration spéciale André Fauteux, éditeur du magazine La Maison du 21e siècle. Information: www.21esiecle.qc.ca)

---
Source : Le Journal de l'Habitation
http://www.journalhabitation.com/article-i161562-Le-telephone-portable-se-porte-mal-aussi-en-Europe.html

Robin des Toits
Lu 3422 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

Télévision | Radio | Presse écrite | Internet | A l'international


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Le 18 novembre 2006, rue de la Procession, PARIS 15ème