Danger téléphone portable et antenne relais, danger wifi pour la santé, dangers téléphone sans-fil DECT (cancer du cerveau...)

Récapitulatif du danger
de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Outils d'action : le Pack Robin + la "TROUSSE"


Comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et les antenne-relais GSM, UMTS (3G), 4G mais aussi du Wi-fi, du Bluetooth et des téléphone sans fil DECT...
la_trousse_2018.pdf La_TROUSSE_2018.pdf  (255.69 Ko)
pack_robin_2018_1.zip PACK ROBIN 2018.zip  (14.14 Mo)


Mises en cause de l'expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile


Comment désactiver le wifi ?

Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :

Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins !

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.



Top 5 requêtes

 1. Danger portable (cancer cerveau)

 2. Danger Wi-fi bébé et foetus / Babyphone ondes danger

 3. Danger portable dans la poche

 4. Danger portable enfant

 5. Portable santé

'Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne relais' - Le Nouvel Obs / AFP - Le Parisien - 01/10/2008



'Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne relais' - Le Nouvel Obs / AFP - Le Parisien - 01/10/2008
Le tribunal de Nanterre a ordonné, "pour la première fois" en France, le démontage d'une antenne relais de téléphonie mobile au nom du principe de précaution, estimant qu'il y avait un risque potentiel sur la santé des riverains. Une décision qui pourrait faire jurisprudence.

Bouygues Telecom a été condamné par le tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne relais de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône), dans la banlieue lyonnaise, pour "risque potentiel sur la santé", a déclaré, mercredi 1er octobre, l'avocat des riverains de l'antenne, interrogé par l'AFP.
Dans ce jugement, rendu le 18 septembre, l'opérateur de téléphonie mobile a été condamné au nom du "principe de précaution". Il devra, en outre, verser 3.000 euros à chacun des trois couples, riverains de l'antenne incriminée, pour "exposition à risque sanitaire", a annoncé Me Richard Forget.
"C'est un tournant pour la téléphonie mobile", a également expliqué l'avocat sur France Inter. "Le tribunal constate qu'il y a un débat scientifique sans donner raison à l'une ou l'autre des parties", a déclaré Richard Forget qui explique que le TGI de Nanterre a estimé, pour motiver sa décision, que "comme ce débat existe, cela signifie qu'il y a un risque potentiel sur la santé des riverains donc il y a lieu d'appliquer le principe de précaution".


Antenne-relais
Antenne-relais
Première condamnation

Soulignant qu'une telle condamnation était "une première" en France, Me Forget a précisé que le démontage de l'antenne devrait être effectué "dans un délai de 4 mois après la signification du jugement, sous astreinte de 100 euros par jour de retard".
Les trois couples avaient saisi la justice pour "trouble anormal de voisinage", en insistant sur le fait que personne ne pouvait certifier l'absence absolue de risque sanitaire.
Associations et riverains engagés contre les opérateurs de téléphonie mobile demandent à l'Etat de modifier les normes de puissance d'émission des antennes relais. Plusieurs études scientifiques ont démontré que les normes actuelles ne protègent que partiellement des effets des ondes électromagnétiques, dont les seuils sont pourtant réglementés.
Le 17 septembre, une autre plainte, la première au pénal, a été déposée par une famille des Yvelines contre Bouygues Telecom "pour administration de substance nuisible". (Avec AFP)

---
Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20081001.OBS3648/bouygues_telecom_condamne_a_demonter_une_antenne_relais.html?idfx=RSS_notr

'Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne relais' - Le Nouvel Obs / AFP - Le Parisien - 01/10/2008
--- ---
'Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne relais au nom du principe de précaution' - AFP - 01/10/2008

PARIS, 1 oct 2008 (AFP) - Bouygues Telecom a été condamné par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne relais de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône) pour "risque potentiel sur la santé", a affirmé mercredi à l’AFP l’avocat des riverains de l’antenne.

Dans ce jugement, en date du 18 septembre, Bouygues Telecom a été condamné en outre à verser 3.000 euros à chacun des trois couples, riverains de l’antenne incriminée, pour "exposition à risque sanitaire", a poursuivi Me Richard Forget. Soulignant qu’une telle condamnation était "une première" en France, Me Forget a précisé que le démontage de l’antenne devrait être effectué "dans un délai de 4 mois après la significatif du jugement, sous astreinte de 100 euros par jour de retard".

L’avocat a expliqué que le tribunal s’était prononcé "au nom du principe de précaution" et avait considéré qu’il y avait "un risque potentiel sur la santé des riverains".

Les trois couples avaient saisi la justice pour "trouble anormal de voisinage", en insistant sur le fait que personne ne pouvait certifier l’absence absolue de risque sanitaire.

'Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne relais' - Le Nouvel Obs / AFP - Le Parisien - 01/10/2008
--- ---
Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne relais - Le Parisien - 01/10/2008 :

Bouygues Telecom a été condamné par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne relais de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône) pour «risque potentiel sur la santé», a affirmé mercredi à l'AFP l'avocat des riverains de l'antenne.

Dans ce jugement, en date du 18 septembre, Bouygues Telecom a été condamné en outre à verser 3.000 euros à chacun des trois couples, riverains de l'antenne incriminée, pour «exposition à risque sanitaire», a poursuivi Me Richard Forget. L'avocat a expliqué que le tribunal s'était prononcé «au nom du principe de précaution» et avait considéré qu'il y avait «un risque potentiel sur la santé des riverains».


Soulignant qu'une telle condamnation était «une première» en France, Me Forget a précisé que le démontage de l'antenne devrait être effectué «dans un délai de 4 mois après la signification du jugement, sous astreinte de 100 euros par jour de retard».

«C'est faux, rétorque t-on chez Bouygues. Cette décision en première instance n'est pas une première et elle n'est pas définitive.» Selon l'opérateur de télécommunication, une décision «similaire», rendue en mars 2006 par le tribunal de Toulon, a été récemment annulée par la cour d'appel d'Aix-en-Provence.

Les trois couples de Tassin-La-demi-Lune avaient saisi la justice pour «trouble anormal de voisinage», en insistant sur le fait que personne ne pouvait certifier l'absence absolue de risque sanitaire.

Le Parisien avec AFP

Bouygues Telecom a été condamné par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne relai de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône) pour
Bouygues Telecom a été condamné par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne relai de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône) pour
---
Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/bouygues-telecom-condamne-a-demonter-une-antenne-relais-01-10-2008-261870.php


--- ---
Dépêches - France (Le Parisien 01/10/2008)
Principe de précaution: Bouygues Telecom condamné à démonter une antenne

Bouygues Telecom a été condamné par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne-relais de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône) pour "risque potentiel sur la santé", a affirmé mercredi à l'AFP l'avocat des riverains de l'antenne.
Dans ce jugement, en date du 18 septembre, Bouygues Telecom a en outre été condamné à verser 3.000 euros à chacun des trois couples, riverains de l'antenne incriminée, pour "exposition à risque sanitaire", a poursuivi Me Richard Forget.

L'avocat a précisé que le démontage de l'antenne devrait être effectué "dans un délai de 4 mois après le significatif du jugement, sous astreinte de 100 euros par jour de retard".
Selon Me Forget, le tribunal s'est prononcé "au nom du principe de précaution" et a considéré qu'il y avait "un risque potentiel sur la santé des riverains".

Les trois couples avaient saisi la justice pour "trouble anormal de voisinage", en insistant sur le fait que personne ne pouvait certifier l'absence absolue de risque sanitaire.
Interrogé par l'AFP, Bouygues Telecom a indiqué qu'il ferait probablement appel et que cette condamnation n'était pas un première, contrairement à ce qu'avait affirmé Me Forget.
Alors que le TGI de Toulon avait condamné le 20 mars 2006 l'opérateur à démonter une antenne-relais à Six-Fours-les-Plages (Var), la cour d'appel d'Aix-en-Provence est finalement revenue sur ce jugement le 15 septembre 2008, les plaignants ayant renoncé à demander son enlèvement après avoir vendu leur maison.

La cour les a parallèlement déboutés de leur demande de dommages et intérêts, "en l'absence de risque sanitaire établi".

AFP

---
Source : http://www.leparisien.fr/liveafp-france/principe-de-precaution-bouygues-telecom-condamne-a-demonter-une-antenne-01-10-2008-261867.php


--- ---
Edition Abonnés - Vivre mieux (Le Parisien 02/10/2008)
Une antenne-relais condamnée au nom du principe de précaution - Lyon (Rhône)

C’EST une première en France. Trois familles de Tassin-la-Demi-Lune (Rhône), en banlieue lyonnaise, viennent d’obtenir de la justice le démontage d’une antenne-relais de Bouygues Télécom installée à proximité de leur domicile pour « risque de trouble » à la santé, une application du principe de précaution.
Ainsi en a décidé le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) où se situe le siège de Bouygues Télécom dans un jugement rendu le 18 septembre, à la suite d’une plainte déposée, au pénal, pour « trouble anormal au voisinage ». L’opérateur de téléphonie mobile devra par ailleurs verser 3 000 € à chacune des familles, à titre de dommages et intérêts, pour « leur exposition au risque sanitaire ».

Au siège de Bouygues Télécom, on indique que l’entreprise va faire appel de ce jugement. Et on fait remarquer que la justice avait fini par lui donner raison en appel après une condamnation en première instance dans une affaire de trouble du voisinage à Six-Fours-les-Plages (Var). Mais sur un argument non sanitaire.

« Un risque certain »

« La littérature scientifique n’a pas tranché sur la question de la dangerosité de ces antennes-relais, le débat est ouvert, mais le tribunal a estimé qu’il y avait un risque potentiel sur la santé et a appliqué le principe de précaution, explique M e Richard Forget, l’avocat des familles. C’est la première fois qu’un tribunal considère que l’existence du risque sanitaire constitue un préjudice indemnisable et réparable », souligne-t-il.

Si les liens entre les troubles sanitaires et les antennes-relais restent à démontrer, « le risque de troubles (…) est lui certain », a estimé le tribunal. « Exposer son voisin, contre son gré, à un risque certain, et non pas hypothétique comme prétendu » par Bouygues Télécom, « constitue en soi un trouble de voisinage », poursuit la 8 e chambre civile du TGI de Nanterre.

Ce jugement réjouit les associations de riverains et les familles de Tassin qui voient ainsi aboutir leur longue mobilisation. « J’ai deux enfants de 4 et 11 ans et je ne veux pas qu’ils vivent jour et nuit dans cet environnement », explique Eric Lagouge, l’un des plaignants. Il avait assisté il y a deux ans à l’installation discrète d’un drôle de pin artificiel, qui abritait la fameuse antenne-relais, sur le terrain d’un voisin qui avait signé « un bail de quinze ans avec Bouygues ».

Catherine Lagrange

---
Source : http://www.leparisien.fr/abo-vivremieux/une-antenne-relais-condamnee-au-nom-du-principe-de-precaution-02-10-2008-262449.php


Lu 12202 fois

Dans la même rubrique :
1 2

Lois, propositions de loi et règlementations | La jurisprudence | Les jugements impliquant Robin des Toits | Tous les jugements


Rechercher...

Témoignages videos de personnes électro-hypersensibles (EHS)

>> NEWSLETTER <<

ABONNEZ-VOUS à la newsletter Robin

et recevez les nouvelles les plus importantes publiées sur le site internet de Robin des Toits.






- Appel du 23 mars 2009 -

Comment rendre la téléphonie mobile compatible avec la santé publique :

Lire les 6 propositions de Robin des Toits


Baisse des intensité à 0,6 V/m, moratoire sur la 3G et arrêt définitif du Wi-fi, du Wimax et reconnaissance de l'électrosensibilité (EHS) par l'Etat...


Nouvelles :

Galerie de photos
Schéma ARCEP
Grenoble arbres
En tête RdT2


LIENS UTILES